Autour du web |Posté le 27 novembre 2014

La voiture électrique : véhicule d’avenir ?

La voiture électrique : véhicule d’avenir ?

En novembre 2014, parmi les voitures électriques vendues, seulement 30% le sont à des particuliers (source : Les Echos). En effet, sur les 8000 véhicules vendus, les deux tiers garnissent les flottes d’entreprises ou sont destinés à devenir des modèles de démonstration. Pourtant, la voiture électrique a tout pour séduire chacun d’entre nous.

L’impératif écologique :
Le premier avantage de la voiture électrique, c’est bien sûr de ne pas rejeter de particules fines, nocives. En effet, même dotées de pots catalytiques, les voitures à essence emplissent l’air de résidus polluants, ce qui a plusieurs implications. La plus grave est l’impact sur la santé de la population, notamment sur le plan pulmonaire et cardiovasculaire. Mais cette pollution implique également une certaine dégradation des bâtiments, qui noircissent rapidement et doivent être ravalés régulièrement. Enfin, avec un véhicule électrique, les rejets de CO2 sont moins importants (production des centrales comprise).

L’atout économique :
Si les véhicules électriques restent pour l’instant plus chers à l’achat que les voitures thermiques, la consommation fait que cet investissement peut être rapidement rentabilisé. En effet, l’on peut considérer que rouler 100 km avec une voiture électrique ne coûte que 2 euros, soit 5 à 7 fois moins qu’un modèle à essence. En outre, de nombreuses incitations existent : places gratuites en ville, ou à tarif réduit, aides de l’État (plus de 6000 euros de bonus écologique), etc. Enfin, le moteur d’une voiture électrique étant beaucoup plus simple qu’un moteur à essence, il nécessite 4 à 5 fois moins d’entretien que celui d’une voiture thermique.

L’autonomie énergétique :
Le pétrole est soumis à des variations de prix constantes et parfois très brutales. L’intérêt d’un pays comme la France à s’équiper en véhicules électriques est qu’elle est productrice d’énergie électrique ; elle serait mieux protégée des hausses de prix disproportionnées. En outre, si demain tous les Français décidaient de s’équiper en voitures électriques, le surcoût de production ne représenterait que quelques pour-cents de la consommation électrique habituelle.

En conclusion, si quelques ajustements restent à apporter aux véhicules électriques (prix, autonomie), les incitations de l’État, les infrastructures croissantes pour recharger sa voiture ainsi que le gain considérable en termes écologiques et sanitaires méritent qu’on s’intéresse de très près à ce véhicule d’avenir.

Tags : Voiture électrique,

Vos réactions

* Champs obligatoires